Vous êtes ici : Accueil > Lu, vu, entendu, visité > Journal | Juin 2020

Journal | Juin 2020

 
  • dimanche 7, allô maman bobo
Bronson
Bronson

Bronson, film de Nicolas Winding Refn, 2009

L’histoire d’un gamin de banlieue en colère à qui on ne laisse pas beaucoup de chance... On : la société (anglaise des 70’s, pour situer [1], est-ce bien différent à d’autres endroits, d’autres époques ?), le système carcéral, tous deux sur le mode « surveiller et punir ». La colère devient violence extrême, jusqu’à prendre a forme d’une expression artistique en quelque sorte, un titre d’artiste écorché vif sur lequel et le personnage réel dont s’inspire le film et le film lui-même semblent jouer, pour montrer par leur existence même les atrocités d’une société absurde où rien ne différencie foncièrement ceux du dedans de ceux de dehors, sinon le statut, le costume et le regard porté par l’autre. Ayant réussi à amener celui-ci au rang de star, artiste contestataire, il en devient d’autant plus intéressant sous la caméra de Winding Refn. Dans la fabrique de la violence, l’épisode, qui suit et fait écho à la trilogie Pusher (à ne surtout pas manquer, surtout le 2 !), continue dans le dur, toujours sur le fil ténu du destin d’un côté implacable et tout tracé, de l’autre ouvert à un peu plus d’espoir (avant de s’intéresser dans ses films suivants à une violence plus « subtile et civilisée »). À noter Tom Hardy ici impressionnant à plus d’un titre.
Vu par certains comme un Orange mécanique du 21e siècle. En effet, les similitudes sont nombreuses dans le traitement du monde carcéral et des procédés censés remettre les brebis égarées sur le droit chemin en employant une violence au moins égale, sinon pire, mais institutionnalisée, à celle desdites brebis. Il est cependant plus question ici de la capacité à sortir de sa condition sociale (au sens de caste quasiment) et d’échapper ou sublimer une destinée bien sombre (en somme ce sont des films pleins d’espoir, si on y regarde bien), que de la dualité présente en chaque homme et qui constitue son identité, entre vernis social et pulsions irrationnelles, dont il est question dans Orange mécanique, lui donnant un ton finalement beaucoup plus tragique. Le récent Joker offre aussi, dans cette famille thématique un angle de vue particulièrement intéressant (et sans doute d’autant plus juste que dérangeante).

 

 
  • mardi 9,
Shikasta <small>Canopus dans Argo : Archives </small>
Shikasta Canopus dans Argo : Archives

Shikasta Canopus dans Argo : Archives, roman de Doris Lessing, 1979, 2016 pour la traduction de Paule Guivarch, La Volte

Un peu d’évasion avant de reprendre la littérature du XXe...
Un premier émerveillement (profond) dès les premières pages.
Un roman passionnant, étonnant, complexe, qui interroge sur tellement de thématiques qu’il sera difficile d’en tirer une courte note je crois.
Ça faisait longtemps que j’entendais le nom de Doris Lessing, et la réédition récente de la série Canopus dans Argo : Archives par La Volte était pour moi l’occasion idéale.
Prenant l’aspect d’un « planet opera », le roman nous fait suivre l’évolution de la planète Shikasta, colonisée depuis des millénaires par deux civilisations galactiques, Canopus et Sirius, qui se la sont partagée, avant que n’arrive un troisième larron aux intentions beaucoup moins pacifiques, Shammat. Par les yeux de Johor principalement, envoyé de Canopus, une vision arbitraire, jugée positivement par le lecteur, car conforme à la culture qui nous a été donnée... qui interroge justement en profondeur les notions de libre-arbitre, colonialisme, évangélisation, eugénisme, discriminations, racisme, les justifications génocidaires « nécessaires » à l’accomplissement d’un grand dessein... Doris Lessing propose en outre une histoire alternative des spiritualités qui s’y sont développées, et j’ai trouvé très amusant d’interpréter le monde (le nôtre) au prisme du roman. Après tout, à quel point le passage successif sur cette planète d’envoyés extraterrestres ayant pour mission de guider et orienter les sociétés locales serait-il moins crédible que celui d’êtres surnaturels envoyés pour apporter la parole de Dieu (rasoir d’Ockham es-tu là ?) ? Sans parler de la zone 6 (qui n’était pas sans me rappeler sous certains aspects la zone de Stalker), qui m’évoquait l’idée de réincarnation que j’attribuais au Bouddhisme, alors que Doris Lessing s’est semble-t-il inspirée du Soufisme, auquel elle s’est longtemps intéressée (une pique supplémentaire à ma curiosité). On y retrouve quelques détails plus ou moins régulièrement repris, comme l’origine de certains rêves, des morts prématurées, le fait d’avoir plusieurs noms, ...
Ironiquement, beaucoup de détails et interprétations qui semblent avoir nourri l’imagerie du mouvement new age, qui procure alors en plus une sorte de dimension meta assez impressionnante. Cette mise en abyme n’est malheureusement pas la seule, et bien qu’écrit au cours des années 70, l’orientation historique que prend Shikasta est effrayante de ressemblance avec celle que la Terre pourrait connaître au cours de ce siècle, tant nombreux sont les éléments concordants, à commencer par l’atmosphère générale, et tout particulièrement de ces toutes dernières semaines. À ce titre, un roman que je recommande tout spécialement, pour sa profondeur, les questionnements, sensations et émotions qu’il propose, et ses multiples niveaux de lecture, tous également fascinants. Juste à regretter un peu trop de coquilles à mon goût et pas assez de colle sur la reliure, que je préfère justifier par un accident ponctuel.

 

 
  • samedi 13,
No country for old men
No country for old men

No country for old men, film de Joel et Ethan Coen, 2007

Ambiance film de gangsters aux accents western très sympa (et même un peu plus), une distribution qui tombe juste, pour un très bon moment (avec quelques longueurs pour moi), sans non plus vouloir l’encenser.
Ce que j’en retiens : « on a plus l’âge pour ces conneries », autrement dit, veux-tu vraiment risquer ta peau et gaspiller ta vie pour des choses qui, tous comptes faits, n’ont peut-être pas tant d’importance comparé au bonheur simple à côté duquel tu vas probablement passer. Rien que pour ça faudra bien un deuxième visionnage, à l’occasion.

 

 
  • vendredi 19,
La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.4
La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.4

La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.3
La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.3

La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.2
La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.2

La Vie de Bouddha, Intégrale Vol.2, 3 et 4, manga d’Ozamu Tezuka, 1972-1983, 2019 pour la présente édition « 90 ans », Delcourt-Tonkam

Les médiathèques ont ré-ouvert... Chic ! =)
Et pour la note du premier tome, suivez le guide.
Que dire... sinon que sans aucune considération religieuse, d’ailleurs très peu présente dans cette série, encourager le plus grand nombre à sa lecture aiderait, peut-être, chacun à apaiser ses propres peurs, à s’interroger et prendre un peu plus de recul sur le monde DANS lequel nous vivons, et alors rechercher un chemin plus harmonieux. Un récit fondamentalement humaniste, évidemment, mais humaniste au sens le plus large de qui est capable de la plus grande empathie, sans se limiter aux seuls humains.
Une façon pour Tezuka d’interroger notre époque, comme le feront après lui d’autres auteurs dont Miyazaki ou Takahata, marquée par l’arme atomique, et de demander ce qu’il reste des enseignements de Bouddha. Pour le lecteur d’aujourd’hui, de se trouver confronté à l’abysse entre le monde dont nous sommes jour après jour les témoins et celui que nous aimerions probablement tous voir émerger (mais s’agit-il du même ? disons alors au moins dans les grandes lignes), et qu’il nous faut, toujours, construire. En tentant de ne pas se décourager.

Quant à la lecture en elle-même, une narration à la rythmique bien équilibrée, tantôt toujours aussi dynamique tantôt plus calme selon les nécessités du récit (tour de force pour un ouvrage qui se poursuit sur près de 3 000 planches (eh oui, quand même)), dont la densité des personnages et des fils narratifs me faisait regretter de ne plus avoir le premier tome sous la main. Autre signature majeure de Tezuka, au-delà du trait, La vie de Bouddha est aussi pleine d’humour. Des drôleries ponctuées par de nombreux clins d’œil que Tezuka a autant puisés dans son œuvre que dans la « culture pop ». Riche et à mon sens indispensable, j’aurai plaisir à y replonger très rapidement. Le temps passant, l’image de référence portée par Tezuka (considéré comme un demi-dieu au Japon) n’est toujours pas usurpée.

 

 
  • samedi 20,
Sherlock Holmes : Jeu d'ombres
Sherlock Holmes : Jeu d’ombres

Sherlock Holmes : Jeu d’ombres, détournement daubé de Guy Ritchie, 2011

J’avais lu dernièrement que Marvel ne s’offusquerait pas d’incorporer Sherlock (je précise : Holmes, celui de Conan Doyle, si jamais vous en voyiez un autre) à son univers.
J’ai aussi lu récemment que la Terre serait plate, et que certains invertébrés colorés en jaune se seraient fait censurer par Twitter (ça c’est p’t-êt’ vrai...).
À la recherche d’un divertissement sympathique, je me suis dit que tiens... pourquoi pas... Erreur !
Mais au moins, j’ai compris la première assertion : qu’on se le dise, ce n’est pas un Sherlock qu’on retrouve ici, mais un Iron-Man. Le « pitch » ? Tony Stark s’ennuyait, et comme il aime bien le personnage de Sherlock Holmes (dont il n’a peut-être pas lu une seule ligne des aventures) et qu’il est pété de thune, Tony Stark a produit un film où il joue le premier rôle (avec des bouts d’Iron-Man dedans, faut pas déconner non plus). Exit le canon de l’univers construit par Conan Doyle, OSEF. Action, baston, mouvements de caméra de ouf (qui servent à rien, mais ce n’est pas l’économie de moyens qui est ici recherchée), manquait plus qu’un costume rouge et or (ben non en fait, on en trouve un...). Non, sérieux, à ce point là on ne peut que se demander pourquoi avoir choisi Sherlock Holmes comme faire-valoir ? Après Martine à la piscine, Iron-Man et les chutes du Reichenbach... Star Wars X : My Little Poney ? (ah, on me dit que... c’est en route). Bon, le duo « Holmes-Watson » assez savoureux sauve un peu le film à mes yeux. Mais qu’on ne m’y reprenne plus !

 

 
  • dimanche 21,
Kubrick par Kubrick
Kubrick par Kubrick

Kubrick par Kubrick, film documentaire de Gregory Monro, 2020

Bof. Tant sur le fond que sur la forme. En une heure, le film reste très en surface sans apprendre grand chose, voire rien du tout sur les films, leur chronologie ou leur genèse. Les passionnés en expurgeront quelques paroles de Kubrick lui-même, assez rares. Mieux vaut, si vous disposez de deux heures, A life in pictures. Très convenu aussi, on y découvre cependant un tableau beaucoup plus complet et intéressant. =)

Stanley Kubrick : A life in pictures
Stanley Kubrick : A life in pictures

Stanley Kubrick : A life in pictures, film documentaire de Jan Harlan, 2001

 

American beauty
American beauty

American beauty, film de Sam Mendes, 1999

Beuuuuu... déçue. Oui, c’est ça, déçue. Un film dont j’avais beaucoup entendu parler, en (très) bien, qui finalement n’a pas répondu à mes attentes, alors qu’il pouvait aborder des thématiques intéressantes si le traitement n’avait pas été si balourd, maladroit et écrit à l’emporte-pièce à grands coups de clichés et de la voix off, c’est moi, qui va te dire quoi penser... Pourtant, y’avait de quoi causer : crise de la quarantaine, constat des attentes déçues d’une vie déjà, dépression, construction et développement (puis destruction) d’un « soi » à différents âges et stades... Le degré zéro du scénario. Comme quoi la frontière entre réussite et échec tient sans doute souvent à peu de choses (à moins que ce soit méta, auquel cas j’aurais loupé !).

 

 
 
 

[1voir le cycle Free cinema

Première mise en ligne 3 juin 2020, dernière modification le 20 juillet 2020

LR CC by-nd

La discussion est ouverte !

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.