Vous êtes ici : Accueil > Nomadisme(s) ? > Relax

Relax

Il existe des personnes qui ont une capacité toute particulière à se mettre la pression, une facilité innée à rechercher la difficulté, le « challenge »... Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? J’vous l’demande !

À titre d’exemple tiens : vider une maison en moins de trois mois (niveau 1) pour déménager dans un véhicule (niveau 2) dont les travaux de transformation (niveau 3) (sans expérience préalable (niveau 4)) ont à peine pu commencer faute de disponibilité des matériaux (niveau 5) et le processus d’homologation un rendez-vous lointain pour l’instant inaccessible (niveau 6), dans le but de partir à la rencontre et voyager, en pleine période de pandémie (niveau 7).

Chercher, consciemment ou non, à toujours faire plus, toujours mieux, « sortir de sa zone de confort » selon l’expression maintenant consacrée est tout à fait louable, voire encouragé, mais — peut-être — comme en toutes choses un peu de modération est-il tout aussi sain, et pérenne ?

Relâcher la pression, c’est aussi la quête d’une vie et d’un rythme de vie plus harmonieux, prendre un peu de recul avec la tachycardie prestissimo imposée par la société du toujours plus consommer, consumer, plus, plus vite, plus souvent, plus fort...

Respirer un coup

Ce n’est pas perdre de vue les projets pour autant, mais au contraire continuer à les préparer plus sereinement, puis éventuellement quitter les amarres plus progressivement, ou en gardant finalement un point de repère, un port d’attache. Sans s’empêcher de « bouger, expérimenter, me sentir vivre, découvrir, rencontrer, partager ». Continuer à avoir foi. Au contraire ! Se faire le luxueux cadeau de se donner du temps. Un juste équilibre.

 

Le hamac du pêcheur
Le hamac du pêcheur
Crédits : Marine de Soos ; http://www.marinedesoos.com/sculptures-eau.html

 

Tout vient à point à qui sait attendre dit-on.

Prendre le temps de profiter du présent sans être toujours dans la course à un potentiel futur qui ne se construira pas tout seul, certes, mais toujours la tête dans le guidon ? franchement ? est-ce comme ça qu’on apprécie le mieux le paysage...
Le principal, c’est de ne pas avoir l’impression de perdre son temps. Mais après tout, vivre au présent, jour après jour, simplement, n’est-ce pas là, déjà, le début du voyage ?

 

Source image : https://www.artistics.com/sites/default/files/hamac-du-pecheur-by-marine-de-soos-2.png

Première mise en ligne 18 avril 2021, dernière modification le 19 avril 2021

LR CC by-sa

La discussion est ouverte !

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.